Il prete pedofilo è sieropositivo. Vittime a rischio AIDS, Il vescovo: “lo sapevo dal 1990, era meglio se usava il preservativo”

Un prêtre a été condamné, vendredi, à huit ans de prison pour le viol d’un enfant de chœur, âgé de 14 ans au moment des faits. Séropositif, le prêtre n’avait pas contaminé la victime.
Le prêtre de Sainte-Marie, Jacky Hoarau, a été condamné par la cour d’assises de Saint-Denis-de-la-Réunion.

Accusé d’avoir violé un adolescent âgé de 14 ans, le père Jacky Hoarau a été condamné ce vendredi à 8 ans de prison, l’avocat général ayant requis une peine qui ne soit pas inférieure à 7 ans de prison.

La mère d’un enfant de chœur a découvert en 2010 que son fils avait subi plusieurs viols entre 2008 et 2009 par le père Hoarau, prêtre de la paroisse Sainte-Marie de Saint-Denis de La Réunion. Séropositif, le prêtre n’a toutefois pas contaminé le jeune garçon. Ce dernier raconte à sa mère le calvaire qu’il subit : régulièrement après la messe, le père Hoarau l’embrasse en évoquant le baiser des apôtres, avant de lui imposer des actes sexuels, notamment des fellations.

Incarcéré pendant six mois après son arrestation en 2010, le père Hoareau est jugé depuis jeudi 26 avril devant la cour d’assises de Saint-Denis de La Réunion. C’est la première fois qu’un prêtre est jugé pour de tels faits sur cette île.
L’évêque de la Réunion : “Mieux vaut le préservatif que donner la mort”

Appelé à témoigner durant l’audience, l’évêque de la Réunion, Mgr Gilbert Aubry, a bien précisé que la mère de l’enfant de chœur a dit que « l’Église n’a fait aucune pression et aucune menace sur elle », décrit le Journal de l’île de la Réunion. L’évêque a précisé que, durant les années 1990, le père Jacky Hoarau lui avait confié qu’il était homosexuel et séropositif. Le curé avait alors été envoyé au Québec pour y suivre une « thérapie sexuelle. Je lui ai dit que si son comportement débordait sur des enfants, je ferai un signalement », a poursuivi à l’audience Mgr Aubry, dont les propos sont rapportés par le quotidien régional réunionnais.

« Le père Hoarau aurait pu transmettre la mort à cet enfant », a souligné le président de la cour d’assises. « Evidemment », a répondu l’évêque. « Ma position est connue. Mieux vaut le préservatif que donner la mort et recevoir la mort ».

Pendant l’audience, le père Hoarau a avoué les actes sexuels, mais a nié les viols. Il reconnaît sa faute mais parle toutefois d’un « accident ». L’affaire a déclenché l’indignation dans la communauté catholique de l’île.
Actu France-Soir / Service Faits Divers (avec l’AFP)

http://www.francesoir.fr/actualite/faits-divers/ile-de-la-reunion-le-pretre-pedophile-etait-seropositif-217029.html

Advertisements